Se déconnecter pour mieux reconnecter avec soi

6 min de lecture

Quand je lis un livre aussi inspirant, j’en parle à tout le monde autour de moi. Ce livre est tout simplement un bijou. Chaque phrase renferme une grande sagesse. Chaque phrase a laissé une trace sur mon cœur. C’est un livre qui aborde l’équilibre fragile de la santé mentale de manière unique et sensible, à l’heure des réseaux sociaux.

Voici Débranchez-vous! Comment trouver son équilibre dans un monde survolté de Matt Haig.

Débranchez-vous! Comment trouver son équilibre dans un monde survolté de Matt Haig
Débranchez-vous! Comment trouver son équilibre dans un monde survolté de Matt Haig.

J’ai commencé à lire ce livre sans avoir aucune attente. Je ne connaissais pas l’auteur, donc tout était possible. Pour vous donner un aperçu du contenu, j’ai rassemblé quelques passages du livre qui m’ont touchée. Je vous livre aussi mes réflexions.

Ce livre a fait évoluer la vision que j’ai de mes imperfections, de mon désir de connexion, de ma vulnérabilité et a renforcé mon souhait de vivre consciemment et pleinement ma vie avec les personnes qui comptent pour moi.

Ces bribes de textes seront encore plus puissantes si vous vous plongez dans la lecture du livre.

Tout ce dont nous avons besoin est là, si nous cessons de croire que nous avons besoin de tout.

Je ne suis pas la seule à avoir cherché à l’extérieur mon bonheur, alors que tout se trouvait à l’intérieur de moi. Tout est là tout près. Inutile de chercher mon bonheur véritable dans un nouveau maillot de bain, un nouvel épisode Netflix ou un like de plus sur Facebook. Tout se trouve en moi. Mais avec l’effervescence du clinquant qui règne tout autour, c’est parfois difficile de voir où se trouvent les réponses à nos questions.

Peut-être le but de la vie est-il de renoncer à la certitude et d’embrasser la magnifique incertitude de la vie.

Ça, c’est difficile d’embrasser l’incertitude de ce qui nous attend. Ne pas savoir pourquoi nous sommes là, ne pas comprendre pourquoi on vit telle ou telle chose, n’être sûre de rien finalement. Mais, j’essaie de faire confiance à la vie et de cesser de vouloir tout expliquer. J’essaie. Certains jours, c’est très facile, car tout  va bien et tout roule. C’est lors des jours difficiles qu’on peut vraiment tester notre confiance en la vie.

La vie ne sert pas à être satisfait de ce que vous faites, mais de ce que vous êtes.

Être soi et se connaître sont des processus en continu. On se découvre au fil des ans, des épreuves et des joies. Il me reste encore bien des apprentissages à faire, j’en suis convaincue. Et je me réjouis de mon bonheur présent, sachant que je m’efforce de vivre chaque jour selon mes valeurs et non celles des autres.

On nous vend du malheur, car le malheur rapporte de l’argent. Pour l’essentiel, on nous vend l’idée que nous pourrions être une meilleure personne si nous essayions d’être autre chose.

Soyez plus mince, plus éloquente, plus audacieuse, plus brave, plus belle, plus joyeuse, plus souriante, moins maladroite, moins bizarre, moins ronde, moins ambitieuse même. Toutes ces affirmations qu’on essaie de nous faire croire, alors que nous pouvons juste être. Ne laissons pas les autres nous dicter qui nous sommes ou voulons être. Mais être demande une bonne dose d’introspection et de connaissance de soi. Pour ma part, l’écriture est ma façon de me reconnecter à qui je suis et veux être. C’est là que je trouve ma vraie nature, dans les mots que je dépose sur le papier.

Quand la normalité devient la folie, la seule manière de rester sain d’esprit est d’oser être différent. Ou d’oser être le vous qui existe au-delà de tout le bazar physique et les scories psychologiques de l’existence moderne.

Ma décision de ne pas retourner travailler après mon congé sans solde a été libérateur pour moi, même si ça venait défaire mon désir d’indépendance. Je n’ai pas choisi la voie habituelle que je comptais emprunter. Je suis fière d’avoir fait le choix d’être ma propre boss.

Sentir chaque moment, ignorer demain, désapprendre toutes les inquiétudes, les regrets et la peur causés par le concept de temps. Pouvoir marcher sans penser à rien d’autre qu’à la marche. Rester allongé au lit, sans dormir, sans s’inquiéter de dormir. Se contenter d’être là, dans un bonheur horizontal, à l’abri des tracas passés ou à venir.

Juste être là. Être bien et savourer l’instant sans penser à la minute qui suivra où j’aurai à faire telle ou telle chose. Un défi de tous les jours. Mais un défi que je relève de plus en plus. Avec le temps, on dirait bien qu’on apprend à ne pas trop se soucier du regard des autres et à laisser aller les pensées intrusives qui ne sont pas constructives.

En terminant, je vous invite à vous plonger dans ce livre magnifique et à vous laisser imprégner par les réflexions de l’auteur. Voici les 5 conseils (dont la lecture!) de Matt pour préserver votre santé mentale. J’essaie avec bienveillance de suivre ces conseils jour après jour.

Quels sont les livres qui vous ont particulièrement marqué?

Je vous invite à découvrir les livres marquants de lectrices inspirantes en visionnant les épisodes de Josée reçoit.

Parce que la lecture incite à écrire et à réfléchir, j’ai créé un outil pour garder des traces de vos lectures, le Journal de lecture.

 

 

Lecture inspirante : Débranchez-vous de Matt Haig #lecture #livreinspirant

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.