Bilan de mon défi #100joursdécriture et mes trucs pour écrire souvent

Tout d’abord, j’aimerais préciser qu’il s’agit de ma propre expérience et de mes propres conclusions. Mes conseils sont basés sur ma personnalité et ma façon de voir l’écriture. Je t’encourage à tester et à explorer!

Sans plus tarder voici le bilan de mon défi d’écriture.

La genèse du défi

J’ai eu l’idée de relever ce terrifiant défi à l’été 2020. Je tiens à dire que j’ai déjà fait ce genre de défi en février 2020. J’avais alors écrit tous les jours pour un total de 28 jours. J’avais trouvé cela très motivant et j’avais réussi à écrire environ 15 000 mots.

Parce qu’il y a des limites à la motivation intrinsèque, je devais faire en sorte que mon environnement physique contribue à ma créativité. J’avais à ce moment établi un rituel d’écriture pour inviter l’inspiration et combattre ma résistance à écrire. C’est une routine que j’applique encore aujourd’hui.

Alors, dans cet esprit, j’ai décidé de refaire le défi, mais sur une plus longue période. J’avais besoin de me dépasser. Un seul mois me paraissait trop peu et 100 jours me faisaient peur. 100 jours alors!

J’en ai parlé à mon conjoint, et comme pour tout projet, il m’a encouragée à foncer.

J’ai décidé d’arrêter de me convaincre qu’un jour j’écrirais un roman quand j’aurais le temps (le manque de temps étant la plus grande excuse invoquée par moi-même et par bien d’autres).

Je suis heureuse de vous dire que j’ai réussi!

J’ai réussi à écrire tous les jours pendant 100 jours.

Je n’en reviens pas encore! J’ai posé mes fesses et j’ai tapé les mots un après l’autre, non sans peine, et non sans joie (tu t’en doutes!).

Jour 100

Me voici, satisfaite, au Jour 100 de mon défi #100joursdécriture!

Les objectifs du défi #100joursdécriture

En écoutant mon désir d’écrire quotidiennement et de terminer mon roman, j’ai plongé dans ce défi la peur au ventre et avec l’espoir de réussir.

Je me suis fixé quelques consignes pour mieux circonscrire le projet:

  • Écrire pendant environ 30 minutes (mais pas grave si c’est moins, si c’est plus, tant mieux).
  • Écrire de la fiction en priorité, mais avec la liberté d’écrire pour mon blogue.
  • En parler sur Instagram (la reddition de compte peut être une bonne source de motivation).

Les difficultés rencontrées

Mes 100 jours d’écriture ont ressemblé à un parcours de montagnes russes. Un jour, j’étais prolifique et l’autre, c’était l’inverse.

Une panoplie d’émotions négatives m’ont prise d’assaut. En voici un échantillon:

Le doute : pourquoi je m’inflige ce défi, pourquoi je fais ça, serai-je capable d’écrire tous les jours? Suis-je assez persévérante? Suis-je folle?

La résistance : tu sais, la petite voix qui te dit que ça ne vaut pas la peine, que tu as vraiment autre chose à faire (comme trvailler), que je ne suis pas une auteure, que je ne devrais pas oser espérer publier un jour, etc. Bref, la solution a été de faire de l’écriture ma première tâche de la journée. Parce que plus j’attendais dans la journée, plus je me disais que je ferais ça plus tard en après-midi ou après le souper. Ton cerveau te joue des tours et te teste. Combats la résistance!

Forcing yourself to write is like forcing yourself to run. Once you get into it, you love it, and you wonder why you resisted.

Natalie Golberg

La peur de ne pas avoir d’inspiration, de ne pas avoir des idées intéressantes. Certains jours, c’était difficile. Je me demandais pourquoi tel personnage faisait ou disait telle chose ou bien pourquoi, en me relisant, j’avais osé écrire de tels clichés!

Le manque de temps : à certains moments, j’avais des échéanciers serrés au boulot, un souci familial à gérer ou un souper à faire et je me disais que je n’avais pas le temps d’écrire. Je me ramenais alors à mon défi et à son but: faire avancer mon roman, raconter une histoire touchante.

Les moments de joie

Heureusement, j’ai vécu de nombreux moments de joie pendant ces 100 jours.

J’ai imprimé mon texte une fois et j’ai trouvé ça tellement satisfaisant de voir tous ces mots. J’étais étonnée!

Mon compteur de mots me procure motivation et joie. Je vois le chiffre monter et je trouve ça presque magique.

J’aime me préparer à écrire. Les petits gestes que je pose avant de m’installer sont sources de joie.

J’ai aimé parler de mon défi à mes proches et leur dire comment ça allait. Mes amis me demandent quand ils pourront me lire. J’ai comme une fébrilité qui s’installe en moi en sachant cela.

J’ai vraiment aimé surligner chaque jour la date du calendrier. Dans mon bullet journal, j’ai consacré une page à mon défi.

Mon calendrier de suivi

Mes apprentissages

J’ai appris que l’inspiration n’arrive pas comme par magie. La première idée de ton roman peut te sembler être une inspiration soudaine, mais les mots que tu écriras un après l’autre, tu devras poser tes fesses et les écrire même si parfois c’est difficile.

J’ai appris que j’étais capable d’écrire un roman. Je ne te dis pas qu’il est bon ou publiable (en fait, je doute de sa qualité!), mais je suis infiniment fière du chemin parcouru. 

La littérature – et plus spécifiquement le roman – permet de circonscrire ce qui dans la vie passe trop souvent rapidement, en nous ou autour de nous, pour que nous réussissions à le reconnaître. Avec sa capacité de jouer avec le temps en l’étirant ou en le compressant, le romancier permet au lecteur de prendre du recul pour donner du sens à ce qui demeure souvent insensé dans sa vie courante.⠀

Novembre avant la fin, Alain Beaulieu.⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

J’ai appris que chaque geste compte, que chaque mot écrit compte. Qu’au bout du compte, j’ai nourri ma créativité et que même si le texte ne sera pas lu par beaucoup de personnes, j’ai la satisfaction d’avoir réussi à écrire un roman.

J’ai appris que j’étais capable d’écrire même quand ça me tente pas. Qu’un coup parti, les mots s’enchaînent (la plupart du temps).

J’ai compris que le découragement se cache à chaque détour, mais que c’est possible de sauter par-dessus.

J’ai appris que la créativité a besoin de contraintes pour se déployer.

J’ai appris que la persévérance est une valeur chère à mes yeux. Que pour continuer, s’engager envers soi et envers d’autres personnes, ça fonctionne.

Mes trucs pour écrire régulièrement

1- Plus tu attends dans la journée pour écrire, plus c’est difficile de s’y mettre. Peut-être que ce sera différent pour toi. Il suffit de tester.

2- Arrête d’attendre le bon moment, y’en a pas vraiment. J’ai moi-même attendu toute ma vingtaine et toute ma trentaine avant de m’y mettre sérieusement.

3- Entoure-toi de gens qui croient en toi et avec qui tu pourras parler de ton écriture.

4- Planifie tes séances d’écriture. Inscris dans ton calendrier les jours où tu écriras. Pour ma part, j’écris le matin (presque tout le temps) avant de commencer à travailler sur mes mandats.

5- Lis Un rien peut tout changer de James Clear pour bien comprendre comment bâtir une nouvelle habitude.

6- Lis The War of Art de Steven Pressfield pour te donner quelques coups de pied au derrière et t’encourager à enfin écrire. Ce livre n’est pas pour tout le monde, mais il a le mérite d’être clair.

7- Lis Comment écrire plus de Dominic Bellavance pour dénicher de nombreux trucs et enfin mettre l’écriture au cœur de ta vie.

8- Utilise un logiciel d’écriture comme Scrivener (hyper génial pour structurer tes chapitres, tes fiches de personnages, tes notes de recherche, etc.) ou tout autre outil qui te permettra de structurer tes textes et tes idées.

9- Ritualise ton processus d’écriture et chéris-le. Personnellement, j’adore allumer une chandelle pendant ma séance d’écriture et écouter le bruit des vagues. L’idée c’est de te créer un rituel irrésistible pour écrire et peut-être même un jour, associer l’écriture à un moment pour toi, avec toi.

10- Prévois de petites séances d’écriture fréquentes. Nul besoin d’écrire pendant des heures: 15, 20 ou 30 minutes suffisent. Je crois au pouvoir d’écrire souvent. Même si tu n’écris que quelques phrases, l’important est de créer l’habitude et de peaufiner ton style. Si on écrit pas ou trop peu, comment s’améliorer.

11- Compte le nombre de mots que tu écris à chaque séance. Dans Scrivener, il y a un compteur de mots, et je dois avouer que je ne peux plus écrire sans.

12- Trouve-toi un endroit pour écrire (un bureau fermé ou une chambre, c’est parfait, tant que tu peux t’isoler). Une chambre à soi comme dirait Virginia Woolf.

13- Fais de ta famille une alliée, parle-en à tes enfants, ton ou ta conjointe. Comme ça, ils pourront t’encourager et te soutenir. Rien de mieux quand ton fils te dis: «Je crois en toi maman!» ou quand ta fille te demande si tu as fini ton roman.

14- Parles-en dans tes réseaux sociaux. C’est difficile de se dégonfler quand tu en parles publiquement.

15- Fixe-toi des objectifs, oui mais, surtout, prévois comment tu arriveras à atteindre ces objectifs. Est-ce un nombre de mots par jour, un nombre de minutes? De mon côté, j’évite les objectifs, je mise plutôt sur la constance et la théorie des petits pas (le compound effect).

16- Note tes progrès. Fais-toi un système où tu peux cocher chaque jour que tu écris.

17- Ne cherche pas à tout peaufiner. Écris. Tu peaufineras plus tard.

18- Entraîne-toi. Comme avec l’exercice, le dessin ou la lecture… tu peux t’habituer à écrire régulièrement, à faire comprendre à ton cerveau que c’est le moment d’écrire.

19- Écoute ton inspiration quand elle se pointe, prends des notes tout de suite! N’attends pas.

20- Bloque les sites Web et les réseaux sociaux qui pourraient te déranger pendant ta séance.

21- Utilise une minuterie pour ta séance d’écriture. J’ai souvent utilisé l’application Tide pour écrire. Tu actives le mode focus pour la durée de temps souhaitée. En plus, tu peux choisir des bruits de vague.

22- Inscris-toi à un atelier d’écriture ou joins un groupe d’écriture. C’est motivant d’échanger avec d’autres autrices.

23- Célèbre tes réussites. Récompense-toi.

J’espère que ça t’inspirera à passer à l’action. Tu n’as pas besoin d’un écriteau qui stipule «Tu es une autrice» pour le devenir (conseil inspiré de Stephen King).

Bonne écriture!

Josée

Bilan de mon défi d'écriture, 100 jours d'écriture #écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.